Forum de la Wicca Eclectique
 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Entretien avec….Sybile Déä

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
dorian

avatar

Masculin
Nombre de messages : 5058
Date d'inscription : 04/12/2006

MessageSujet: Entretien avec….Sybile Déä   30.12.06 20:41

Sybile Déä, co-fondatrice de Racines Païennes, est née en 1976 et habite à Montréal (Québec). Elle oeuvre pour la communauté païenne francophone depuis plus de quatre ans. Elle co-dirige un coven néo-païen depuis trois ans et sera initiée Haute-Prêtresse bientôt. Parfois donne des ateliers sur la pratique de la Magie et la spiritualité néo-païenne. Elle étudie le paganisme depuis plus d’une dizaine d’années et ses champs d’études tournent actuellement autour du Culte de la Déesse. Depuis le début de 2006, elle est Isianne, en formation pour la prêtrise au sein de la Fellowship of Isis. Ses racines étant italiennes, sa pratique tourne autour de la magie italienne et des traditions méditerranéennes. Elle passe présentement ses temps libres à pratiquer le reiki, à étudier la mythologie, les dieux et les déesses et à s’occuper de ses 4 chattes.

Bonjour Sybile, afin de faire ta connaissance, peux-tu nous dire quelques mots sur toi ?

Bonjour et d’abord merci mille fois pour ce cadeau. Je n’ai pas l’habitude des entrevues et je le prends comme un cadeau car ça me permet de m’exprimer sur l’histoire d’amour que je vis avec ma spiritualité, le mysticisme, la magie et la métaphysique. Pas que je ne m’exprime jamais (rire)! Les gens qui me connaissent bien doivent se dire à l’instant : Bon elle va encore TROP parler! J’admets que je suis une personne qui aime communiquer mais cet amour cache un autre amour encore plus vrai : j’aime la race humaine. J’y suis profondément attachée. Cet amour qualifie beaucoup ma personne : je suis hypersensible, émotive, intense et parfois compliquée. Toutefois, je suis avant tout très simple. J’aime la simplicité, l’humanité et ces valeurs se ressentent dans mon cheminement. Est lié à cet amour, ma curiosité éternelle face au paganisme et aux anciennes religions, à la magie et tout ce qui entoure la métaphysique. Je suis donc une éternelle étudiante.

Quelles sont tes différentes activités au sein de la communauté païenne francophone ?

D’abord, je tiens à mentionner que nous sommes deux dans cette aventure. Freya est ma collègue, mon âme sœur et surtout la personne sans laquelle rien de tout ce que je fais aujourd’hui dans la communauté païenne n’aurait été possible. Elle se fait très discrète – je suis la communicatrice des deux lol – mais elle aussi est très active dans la communauté. Lorsque nous nous sommes rencontrées en 2001, nous avions déjà un cheminement d’engagé mais c’est ensemble que nos projets se sont concrétisés. Nous avions toutes les deux des rêves et des espoirs pour cette communauté païenne grandissante (particulièrement celle de Montréal car c’est là où nous habitons). Nous avons rapidement pris conscience qu’il existait beaucoup d’ouvrages anglophones ainsi que des almanacs et des maisons d’édition même, mais qu’il en existait très peu en français. Pour nous, ce fait n’a jamais été un problème car nous sommes bilingues mais évidement ce n’est pas le cas de tous les francophones. Nous avons donc décidé de lancer notre tout premier site web, nommé le Grimoire de la Lune, sur la Wicca en 2002. Notre objectif était bien sûr d’aider les païens francophones. En 2003, on nous a offert un poste de chargées de cours dans une boutique de magie. Cette expérience nous a tellement apportées! On a fait alors des rencontres extraordinaires avec des gens débutant et d’autres plus expérimentés. Pour nous, ce fut une porte ouverte directe sur la communauté. Nous sommes encore extrêmement reconnaissantes pour cet apprentissage qui se poursuit d’ailleurs. Voyant qu’avec les ateliers nous étions bien, nous avons décidé de fonder notre coven en 2003. Depuis, le site web a grandi et est devenu Racines Païennes qui regroupe plusieurs sites : Pomme Grenade sur la magie, Racines Webzine, le Temple Sacré de la Déesse, Yggdrasil pour le coven, Les Sentiers sur les traditions païennes (qui sera lancé cette année) et deux forums privés. Pourquoi autant de sites? Parce qu’on aime ça! Présentement, après des années de dévouement à la communauté virtuelle, nous nous ouvrons, avec le coven, à la communauté physique de Montréal. Doucement, nous organisons des projets dans le but d’aider les solitaires qui ont de la difficulté à passer de la théorie à la pratique. Nous voulons nous afficher un peu plus et aider. Pour nous, l’objectif même d’un coven est justement le don de soi.

Parle-nous de ton cheminement spirituel ?

Je vais tenter de ne pas trop m’éparpiller car c’est difficile pour moi de décrire mon parcours sans perdre le monde! J’extrapole trop parfois. Donc, comme la plupart d’entre nous, j’ai commencé dans la vie avec un intérêt très fort pour la spiritualité en général, ainsi que pour la métaphysique et l’ésotérisme. Lorsque j’étais adolescente, j’ai fait une brève excursion dans le bouddhisme chinois, étant très attirée par la déesse Kuan Yin. En fait, tous mes choix spirituels ont été guidés par cette recherche de la Déesse. J’ai toujours été fortement attirée par elle-même si, dans mes croyances, le Dieu a une place aussi importante. C’est seulement avec la Wicca que j’ai trouvé un système de valeurs et de croyances qui collait bien à moi. J’ai ensuite exploré plusieurs traditions néo-païennes comme le Khémitisme, le Druidisme et la Stregheria. Actuellement, je suis profondément attirée par la Stregheria et les traditions méditerranéennes car ma grand-mère est italienne et j’ai l’impression que j’honore mes racines ancestrales ainsi. Je m’intéresse beaucoup aux cultes et mystères de la méditerranée comme les Mystères Isiaques et Éleusiens, et le culte minoen. Toutefois, je me considère avant tout comme une païenne éclectique. Les gens qui me connaissent savent à quel point c’est difficile pour moi de choisir une seule voie. J’ai plusieurs voies qui se rassemblent en une seule : la mienne.

Je suis actuellement en formation pour devenir Prêtresse de la Fellowship of Isis, un ordre de prêtresses de la déesse, respectant toutes les fois de ce monde. J’ai embrassé le sacerdoce lors de mon initiation du troisième degré dans notre coven. Je serai initiée Haute-Prêtresse dans moins de trois ans et j’ai décidé de m’y consacrer totalement. Je prévois également des études en Métaphysique.

Mon cheminement est donc un merveilleux mélange de prêtrise, de magie et de mysticisme.

Peux-tu nous donner quelques informations sur ton coven et sur vos pratiques spirituelles ?

Yggdrasil est né une belle journée d’août 2003. Comme tout groupe, il a eu ses tribulations, ses joies, ses épreuves et ses illuminations. Nous sommes actuellement 7 dans le groupe. Nous avons comme double mission d’initier des prêtres et prêtresses néo-païens et aussi, des mages. Nous suivons la Voie des Anciens, ce qui signifie que nous étudions les anciennes religions et les appliquons dans un mode de vie moderne. Nous ne sommes pas des reconstructionnistes et nous sommes ouverts à toutes les spiritualités. Nous étudions ensemble toutes les pratiques et toutes les traditions mais l’enseignement est, bien évidemment, teinté par les croyances et expériences de ses fondatrices. Nous célébrons les sabbats, nous faisons de la magie naturelle, de la haute-magie et nous sommes des adeptes des voyages intérieurs, de la méditation et de la visualisation. Nous cherchons l’harmonie, la paix et l’illumination divine. Nous sommes fermés, c’est-à-dire que nous ne recrutons pas. Nous sommes un cercle d’anciens et qui sait si un jour un coven bébé sera formé! Nous travaillons avec le Dieu et la Déesse et nos déités titulaires sont le Dieu Sage et la Dame Noire. Nous nous consacrons de plus en plus à la sphère de la guérison.

Qu’elle est ta définition de la magie ?

Ma définition est très simple et très personnelle : la magie est un art, le GRAND art. Si on définit un peu plus, la magie est l’art de communiquer, d’élever, de diriger et de relâcher les énergies dans le but de projeter notre message et/ou objectif dans les autres plans entourant le nôtre. Je considère que la magie est un art au même titre que la méditation, la prière et tout art qui nécessite une transformation de son esprit.


Est-ce qu’il est difficile d’être païenne au Canada ?

(Je répondrai à propos de la communauté Québécoise car je ne sais comment ça se passe dans les autres provinces du Canada).

Oui et non. Si je regarde à grande échelle, je considère que nous avons fait beaucoup de chemin depuis l’omniprésence de l’église catholique au Québec. Je ne ressens aucune animosité face à la spiritualité chrétienne et celle-ci a eu ses bons et ses mauvais côtés. Toutefois, je remarque que la communauté païenne est de plus en plus grande et que celle-ci est présente plus que jamais. Il existe ici, contrairement à ailleurs, une tolérance face aux différentes spiritualités. Je crois que pour une société qui a été extrêmement judéo-chrétienne, elle m’a démontré plusieurs fois son ouverture et sa tolérance.

Toutefois, à petite échelle, les gens jugent encore dans mon entourage. J’en parle peu à ma famille et si j’en parle un peu, on me regarde en rigolant en répliquant que ceci est une passe ou une étourderie. Je ressens beaucoup de peur face aux spiritualités en général. Au Québec, on préfère l’humanisme ou encore l’intellectualisme (pas que c’est mauvais!) que la spiritualité. Ici la spiritualité est démodée et on considère les gens spirituels comme des « granolas » ou encore des « perdus ». Donc, je crois qu’il faut être solide dans ses convictions et avoir confiance.

En tant que femme et Païenne as-tu un engagement qui te tient particulièrement à cœur ?

Il y a des causes avec lesquelles je m’associe et d’autre avec lesquelles le coven s’est associé. Personnellement, étant une femme, la cause des femmes me touchent en plein cœur, particulièrement les femmes victimes d’agressions sexuelles. On commence à peine à sortir du silence et à prendre conscience que les lois sont inadéquates, particulièrement à propos des sentences. J’aimerais bien faire une différence à ce propos. Le coven s’est aussi associé à trois organismes : Amnistie Internationale, Greenpeace et Équiterre. J’encourage fortement le commerce équitable. Étudier, lire, rechercher, écrire, traduire… Poursuivre ce que je fais et plus encore. Une fois que je serai Haute-Prêtresse, j’aimerais m’enregistrer comme officiant et devenir conseillère spirituelle. Ce sont des projets, des rêves vers lesquels je me dirige mais qui sait si je vais les réaliser? Ça m’importe peu pour l’instant. L’important est que je continue à aider les gens et j’espère les aider de plus en plus.

Tu es affiliée a la Ligue Wiccane Eclectique, qu’est-ce que tu peux en dire ? Tes premières impressions ?

La motivation, la volonté, l’espoir y est… Comme j’ai rarement senti ailleurs. L’initiative de traduire des textes en français pour aider les païens francophones est superbe et j’espère pouvoir y contribuer le plus possible. Les membres me semblent sérieux dans leur démarche sans se prendre au sérieux et ça aussi c’est précieux. Tout ceci se déroule dans la paix et dans le plaisir d’être païen. Malheureusement, c’est un concept que bien des gens oublient – et je m’inclus dans le lot – prendre plaisir à tout cet univers de spiritualité et de magie. Je souhaite sincèrement et amicalement que la Ligue dure très longtemps.
Revenir en haut Aller en bas
 
Entretien avec….Sybile Déä
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Entretien avec….Sybile Déä
» Entretien avec…Hédéra
» entretien avec le chirurgien: les questions à poser?
» Sectes et soucoupes volantes entretien avec Jacques vallée (Octobre 1998)
» Entretien avec le Cardinal André Vingt-trois (vidéo)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ligue Wiccane Eclectique :: Ligue Wiccane Eclectique (La Vie de la Ligue) :: Activités, Manifestations, News, Rencontres-
Sauter vers: